-> 31/01/2016 : Appel à communication du CR11 - Histoire de la sociologie Changements et histoire de la sociologie

Publié le par LISST

XXe congrès de l'AISLF - Montréal - 4-8 juillet 2016

Appel à communication du CR11 - Histoire de la sociologie Changements et histoire de la sociologie

Le thème général du Congrès « Sociétés en mouvement, sociologie en changement » nous invite à une réflexion sur notre discipline à laquelle les spécialistes de l’histoire de la sociologie ne peuvent rester indifférents. C’est en effet un véritable programme de recherche en sociologie de la sociologie qui est ici proposé, avec une interrogation sur les effets des transformations sociales quant au choix des objets sociologiques, sur les nouvelles conditions institutionnelles de production des savoirs, sur la remise en cause des découpages disciplinaires. Programme non exempt d’une dimension prescriptive, car il ne s’agit pas ici seulement de faire un état des lieux, mais aussi, et c’est le rôle d’une association, de créer un espace de débat permettant de dégager des axes d’actions possibles.

Autant de thèmes familiers aux historiens de la sociologie dès lors qu’ils ne réduisent pas l’histoire de la sociologie à l’histoire des idées et se donnent le projet d’une histoire « historienne ». Loin de s’enfermer dans le passé, l’histoire de la sociologie retrouve alors sa véritable vocation : analyser le passé pour penser le présent. Trois thèmes pourront ainsi être repris.

le rôle de la transformation des contextes sociaux

Il n’y a pas d’histoire de la sociologie – la sociologie étant par définition une science du temps présent – qui ne fasse place aux contextes sociaux. Encore faut-il savoir ce que leur analyse, souvent esquissée à grands traits, permet de comprendre et d’expliquer. D’une façon plus générale, c’est la notion même de contextualisation, à laquelle le Centre Alexandre Koyré a consacré un colloque en 2014, qui fait problème. On s’interrogera donc sur la définition des contextes, ainsi que sur les problèmes méthodologiques et épistémologiques que pose leur reconstitution en prenant des exemples empruntés à l’histoire des différentes sociologies nationales.

La reconstitution des conditions de production des savoirs sociologiques

Il s’agit ici d’un terrain beaucoup plus balisé par les travaux de ces dernières années en histoire de la sociologie. Mais l’on privilégiera ici la façon dont ces conditions ont contribué à infléchir le choix des objets de recherche et la manière dont ils ont été étudiés. On pourra également s’intéresser aux conditions de diffusion de ces savoirs et aux effets sur la production sociologique.

Les modalités de l’émergence des disciplines

C’est là un des grands intérêts de l’histoire de la sociologie que de nous aider à nous débarrasser d’une conception essentialiste des disciplines et à admettre que celles-ci sont des artefacts qui auraient pu ne pas exister. On se donnera ici comme objectif de mettre à jour les conditions de leur émergence, la manière dont elles se sont différenciées, les rapports qu’elles ont entretenus et qui ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre. On pourra s’arrêter plus particulièrement sur l’héritage philosophique de la sociologie et sur le rapport entre sociologie critique et philosophie.

Enfin, une dernière session portant sur l’actualité des recherches en histoire de la sociologie devrait permettre de présenter des travaux en cours dont les sujets ne correspondent pas aux thèmes proposés. Elle présentera en outre l’intérêt d’identifier les différentes orientations ou manières de faire de l’histoire de la sociologie aujourd’hui.

Correspondante : Patricia VANNIER (patricia.vannier@univ-tlse2.fr)